mardi 27 juillet 2010

Un gros coup de colère

Pour ces roms qui viennnent du même pays que notre président. La Hongrie, peuple vaincu par les allemands, peu avant la naissance de Petitou, le roi élu des vieux plus cons que moi.

"Les Roms hongrois accusés de tous les maux par l'extrême droite

La population rom du pays est régulièrement stigmatisée. Ses associations dénoncent quant à elles les discriminations à l’embauche

En avril dernier, le parti d’extrême droite Jobbik a fait une entrée en force au Parlement hongrois, obtenant plus de 16 % des suffrages. Parmi les thèmes sur lesquels il a conduit sa campagne, se trouvait une stigmatisation de la minorité rom, qui représente environ 600 000 personnes, soit 6 % de la population du pays. Le chef du parti, Gábor Vona, déclarait ainsi dans ses meetings : « Une majorité de Roms s’est installée dans l’assistanat. Il faut dire la vérité… Nous sommes contre ceux qui font des enfants pour que le facteur arrive à la maison avec un chèque ! »

Le Jobbik accuse régulièrement les Roms de ne pas vouloir travailler. Il les rend responsables de l’insécurité. La milice du parti, la Garde hongroise, n’hésite pas à organiser des défilés en uniforme noir à proximité des quartiers roms, pour signifier son intention de « protéger les Hongrois ».

Face à ces attaques, les grandes associations de défense des Roms, comme le European Roma Right Center (ERRC), basé à Budapest, dénoncent les amalgames et la politisation du débat. Pour l’ERRC, la « question rom » est d’abord un problème de discrimination et d’éducation.

Une communauté mise à l'écart

Depuis la fin du communisme, les régimes d’Europe centrale ont démantelé les systèmes sociaux. Les Roms se sont trouvés les premiers touchés par le chômage. Leurs enfants sont régulièrement orientés vers des écoles pour enfants inadaptés. Ils sont donc moins éduqués, plus pauvres, plus mal logés, ils ont moins accès à la santé, et souffrent de discrimination systématique à l’embauche.

Au cours des vingt dernières années, se sont constitués en Hongrie de véritables quartiers ghettos, dans les petites villes du nord de la Hongrie. Tous les Roms hongrois sont loin de vivre dans de telles conditions. Mais ces quartiers sont devenus le symbole de la dérive d’une population mal-aimée, et dont personne n’a voulu s’occuper.

La pauvreté, le fléau de la population Rom

On peut voir un de ces quartiers à Tiszovasvári, une petite ville de 14 000 habitants. Rues calmes, villas pimpantes, places tranquilles où il fait bon s’asseoir face aux fontaines et aux massifs de fleurs. Mais, un peu à l’écart, se trouve un lotissement rom qui ressemble à un bidonville. Le sol boueux est jonché d’ordures. Du linge sèche sur les branches de maigres arbustes. Des enfants à demi-nus jouent dans les flaques d’eau.

« Ce lotissement fut construit en 1953 », explique Ferenc Poczkodi, responsable local du Conseil rom, une instance représentative. « L’état a construit 100 maisons semblables, des appartements “T”, comme Tsiganes. Ils font 45 m². Il n’y a pas l’eau courante. »

Un bloc sanitaire avec des douches a été ajouté depuis peu. Et un petit centre de loisirs, à côté, accueille les enfants pour quelques activités. Mais l’arrivée d’un étranger au quartier provoque tout de suite un attroupement et des réactions hostiles. Un fossé semble s’être creusé entre les Roms pauvres et le reste de la population hongroise."

Alors, faites comme moi, agissez vis à vis des voleurs de poules bio, et ne faites plus les ignorants, comme les beaufs qui votent à droite, pour préserver les privilèges de ceux qui les enculent, sans même payer la vaseline.

13 commentaires:

  1. En lisant ton article et connaissant les origines de Toupti, on comprend mieux sa haine et sa politique de l'immigration.
    Est-il besoin de rappeler le parti auquel appartenait Pal Sarkozy pendant la guerre ?
    Ceci explique peut être cela ? Bon sang ne saurait mentir.
    Amitiés du Nord
    Grosses caresses à Chita
    Pat

    RépondreSupprimer
  2. Tout cela n'est que déclarations électoralistes et racoleuses pour siphonner le boite Le Pen.
    Même si la méthode est peu louable, elle était prévisible.
    Lire :C'est pas de République qu'il faut changer, c'est de président!
    http://www.marianne2.fr/C-est-pas-de-Republique-qu-il-faut-changer-c-est-de-president_a195797.html
    Je dis qu'il est trop tard. Il fallait nous suivre, nous pouvions changer le destin de la France. Le NSD avait preuve d'anticipation et de clairvoyance.
    Tout le monde a baissé son pantalon.
    Je ne resterai pas en France à cause des enfants de Pétain.
    Pourquoi crois-tu que les gens ne reviennent pas en France malgré le bouclier fiscal ?

    RépondreSupprimer
  3. Alors, on peut se mettre en colère, cela ne change rien. On a ce que le président que l'on mérite

    RépondreSupprimer
  4. Je te souhaite un bon week end.Ciao!

    RépondreSupprimer
  5. La continuité dans le développement de la haine. Voilà ce que fait notre rase mottes. Après avoir monté les fonctionnaires et les autres salariés les uns contre les autres, il monte les ethnies de la même manière. Diviser pour reigner, telle a toujours été sa devise. Il finira par reigner sur un dixième des français et les 9 dixième restant se révolteront ... contre lui et ses sbires.
    amitiés
    Lucien
    Bises de Béa

    RépondreSupprimer
  6. bonsoir jean françois
    un tour sur ton blog pour voir
    les agissements du nain commencent a me courrir sur le haricots
    amitiés de la drôme

    RépondreSupprimer
  7. Alerte ! Woerth-Bettencourt, la pétition vidée de ses signatures
    http://aliciabx.blogspot.com/2010/08/urgent-woerth-bettencourt-la-petition.html

    RépondreSupprimer
  8. Merci, JF, tu sais pourquoi...
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  9. La haine du nain contre les eux puis ensuite contre d'autre provoquera une haine déja bien installée des ethnies envers cet homme de petite envergure.
    Merci pour cet écrit.

    belle journée

    RépondreSupprimer
  10. Comme il est facile de mettre en exergue ces populations qui, depuis la nuit des temps, ont toujours été en but à la suspicition et à la méfiance! Qu'on les appelle Roms, Romanos, ou Bohémiens,ils ont toujours fait peur et on leur a toujours mis sur le dos toutes les petites exactions que leur présence rendaient plus facilement impunies!Quand on veut allumer un contre feu qui détourne l'attention des braves gens des scandales au coeur de son propre camp, quel meilleur moyen que de jeter de l'huile sur ce feu latent?

    RépondreSupprimer
  11. Ils gagnaient leur vie par leurs activités d'artisanat (rempaillage de chaises, confection d'objets divers...) Aujourd'hui, l'artisanat est made in China. La pauvreté les accule.

    RépondreSupprimer
  12. alors comment vas tu depuis???
    des coup de gueule il y en a tellement à faire
    hier un petit s'est noyé dans une course poursuite c'est très triste...
    je te souhaite une très belle semaine. gros bisous

    RépondreSupprimer
  13. bonjour
    appeler de l'humour un com de révolte qui me dis tu fais chier !!!
    c'est vulgaire pas humoristique -
    je ne connais pas cet humour de révolte envers moi qui ne t'ai rien fait personnellement !!
    je n'étais pas habituée à cette attitude chez toi
    et dire je passe tout de même sur ton blog féminin même si je ne suis pas toujours d'accord
    alors donne ton point de vue mais poliment
    bon week-end Lady marianne

    RépondreSupprimer